Festival de Kirina : revivez la bataille légendaire du Mandé !

Festival de Kirina : revivez la bataille légendaire du Mandé !
Par Sirandou Dramé, stagiaire – 27/03/2015
Du 09 au 12 Avril, la localité de Kirina située à 30 km de la capitale malienne, va abriter la première édition du festival du même nom. Un retour aux sources mêmes du Mandé fondateur.
Pourquoi initier un festival, autour de l’une des batailles légendaires de l’empire du Mali ? Il s’agit selon les organisateurs de faire ressortir les valeurs culturelles et historiques du Mandé à travers la bataille de Kirina, qui eut lieu en 1235. D’un autre côté, le festival veut emmener les investisseurs nationaux ou internationaux à s’intéresser à cette localité, un peu tombée dans l’oubli. Pour Moulaye Hassane Haidara, initiateur du festival : « il faut faire revivre au monde entier l’Empire du Mandé, qui était jadis constitué de nombreux pays comme le Ghana, la Sierra Léone, la Mauritanie, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Burkina, le Mali, le Bénin, le Niger, la Gambie, et la Guinée Conakry. Pour rappeler au monde entier que nous avons une histoire et pas n’importe laquelle ». Entretien avec l’un des organisateurs. Bandiougou Diabaté, responsable de la communication du festival
Jdm1
Journaldumali.com : Pourquoi avoir choisir Kirina et pas Kangaba par exemple pour faire revivre l’histoire du Mandé aux Maliens ?
Bandjougou Diabaté : L’initiateur de ce festival est Moulaye Hassane Haïdara et l’objectif même de ce festival est de faire découvrir et connaitre les potentialités artistiques et culturelles de la zone, de contribuer au développement durable de la localité de Kirina. En même temps, de faire le plaidoyer pour que certains sites historiques du Mandé figurent dans la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et ne tombent plus dans la désuétude. Vous savez, on peut dire qu’à Kirina, a en quelque sorte, commencé l’histoire du Mali et même celle de l’Afrique de l’Ouest avec Soundjata Keïta, et tout l’empire du Mandé. Après après la fameuse bataille, le roi a pu réunir 12 royaumes qui sont devenus aujourd’hui 12 états différents de l’Afrique de l’Ouest.

Journaldumali.com : Quand se déroulera ce festival et quel en est le programme ?
M. Diabaté : C’’est une première édition qui se déroulera du 9 au 12 avril prochain à 30 kilomètres de Bamako, sur la route de Kangaba. Avec la reconstitution partielle de la bataille de Kirina, suivront la réalisation de récits sur l’histoire du Mandé et d’autres sur la bataille de Kirina par des universitaires, des griots dépositaires de la tradition orale, mais aussi des conférences-débats, des veillées, des projections, contes et chants, une mini foire-exposition des stands artisanaux, des concerts tous les soirs avec des artistes maliens et étrangers. Un programme riche et qui ne décevra pas les Maliens. Vous aurez aussi des visites de sites historiques comme celles des statues de Soundiata et de Souamaoro Kanté son ennemi, le fleuve, qui traverse la zone ou encore le jardin des femmes de Kirina.
Jdm2
Journaldumali.com : Quelles ont été les difficultés pour mettre en œuvre ce festival ? Qui sont vos partenaires ?
Mr Diabaté : Vous savez la difficulté vient du fait qu’on est dans un pays qui n’encourage pas les initiatives des jeunes. Ce projet était écrit depuis plus de 4 ans mais manquait de financement. Jusqu’ à présent, nous sommes dans l’exécution du projet et sans aucun soutien de l’Etat. Malgré tout, nous y croyons et avons le parrainage du ministère de la Culture, le soutien de la Primature, de l’Ambassade du Maroc, du CNJ, de la commune rurale du Mandé etc…

Journaldumali.com : Qu’attendez-vous de cette première édition ?
M. Diabaté : Nous voulons avant tout valoriser et faire davantage connaître Kirina. Mettre un coup de projecteur aux différents sites touristiques du Mali et que le monde entier sache que Kirina a bel et bien existé et n’est pas qu’une simple légende. Il s’agit de contribuer au développement de cette localité avec la création de projets en collaboration avec la jeunesse et les notabilités de Kirina.

Source: JDM

Culture malienne

La musique marocaine à l’honneur au Festival Kirina

Plaidoyer pour que certains sites historiques figurent dans la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et la construction d’un musée, sont les objectifs du 1er Festival de Kirina, se sont fixés. Ph : bamako360.com
ADVERTISEMENT
La musique marocaine a été à l’honneur lors de la première édition du Festival artistique que vient d’organiser la localité de Kirina, à 40 km au sud de Bamako, avec la participation du groupe de musique casablancais «Al Ghazwani».
Lors de cet évènement, initié en partenariat avec l’ambassade du Maroc, le groupe marocain a fait vibrer et danser, aux côtés d’autres troupes de musique maliennes, le public de la célèbre et symbolique commune de Mandé.
Cette manifestation qui s’est déroulée dans une ambiance fraternelle et conviviale, a été rehaussée par la présence du président de l’association des maires du Mali, Mamourou Keita, des élus et des notables locaux, de l’ambassadeur du Maroc, Hassan Naciri, et des membres de la communauté marocaine.
Aux rythmes de sonorités diverses, les différents artistes et animateurs qui se sont succédés sur la scène ont salué la richesse et la variété du répertoire musical marocain, se félicitant des liens de métissage culturel et civilisationnel unissant les deux pays.
Pour Mamourou Keita, également président de la communauté des communes de Mandé, la participation d’un groupe musical marocain à ce Festival «est une belle manière de célébrer l’histoire commune de nos deux pays».
Dans une déclaration à la MAP, il a exprimé sa grande fierté des relations liant le Maroc et le Mali, rappelant les échanges culturels et humains qui ont de tout temps marqué l’histoire commune des deux pays.
Il a saisi cette occasion pour exprimer le souhait de la commune de Mandé, dont il est le maire, de nouer des relations de jumelage avec des communes marocaines dans le cadre d’une coopération fructueuse et mutuellement bénéfique, mettant en avant les importantes potentialités dont regorge sa commune.
Le maire de Mandé a, par ailleurs, souligné l’importance de la tenue de ce Festival, placé sous le thème «la Culture au service de la paix», dans la promotion et la valorisation de l’histoire et de la riche culture du Mandé.
De son côté, le président du festival, Moulaye Hassane Haïdara, a estimé que le choix du Maroc en tant qu’Invité d’honneur de cette première édition du festival de Kirina traduit la profondeur des relations maroco-maliennes.
Il relevé, à cet effet, que l’organisation de cette manifestation se veut une occasion pour revisiter et mettre au goût du jour l’histoire millénaire de Mandé et de «l’authentique bataille de Kirina entre Soundiata Kéita et Soumaoro Kanté en 1235».
«L’organisation de ce Festival part du constat qu’il n’existe pas au Mali un Festival qui raconte véritablement l’histoire de notre pays», a-t-il souligné, notant qu’«aujourd’hui, vu le contexte assez difficile que le Mali traverse, il est nécessaire que nous revenions à nos ressources pour en tirer les leçons à même de nous permettre de rebâtir notre paix et notre cohésion sociale», a-t-il dit.
Lien Web : http://lematin.ma/express/2015/culture-malienne-_la-musique-marocaine-a-l-honneur-au-festival-kirina/221648.html#sthash.F8tO15Fw.dpuf

1ère édition du festival de Kirina Objectif : faire renaitre l’histoire du Mandé

Sans titre-2Le lancement de cette première édition s’est déroulé à l’image d’une fête au village de Kirina au rythme des danses traditionnelles et du Tam-Tam. La danse des chasseurs et des troupes folkloriques de la localité ont également séduit le public. C’est une première édition qui s’annonce prometteuse. Initié par l’agence “Emergence Mali “, ce festival se veut une manifestation artistique et culturelle qui consistera à promouvoir les valeurs historiques et culturelles de tout le Mandé. Et Cela, pour faire de cette localité, une destination touristique en vue d’asseoir un vrai développement socioéconomique.
De ce fait, les promoteurs de l’évènement ont inscrit plusieurs activités au menu. Il s’agit entre autres de la réalisation des statues de Soundiata Kéita et de Soumaoro Kanté, l’exposition des produits artisanaux et d’objets d’arts, des conférences-débats, des veillées, des projections de films, des contes et des chants traditionnels. A cela s’ajoutent une série de concerts avec des artistes locaux, nationaux et étrangers dont Master Soumi, Gaspi, Ami Koïta, Sékouba Babino, Bouyé Koité, Mabara Soumano …. Selon les initiateurs, toutes ces activités se dérouleront dans le cadre de la consolidation de la paix et de la cohésion sociale.
Dans ses mots introductifs, le chef du village de Kirina, Bengaly Kamissoko, a rassuré les initiateurs de son engagement personnel et de celui de tous les habitants du village pour la réussite de l’évènement. Selon lui, cet évènement devrait avoir lieu depuis une belle lurette pour promouvoir ” Kirina ” afin d’en faire une destination touristique.
Pour sa part, le Directeur du festival, Lassana Kamissoko a jugé nécessaire que ce festival doit être célébré par tout le monde. Car, selon lui, ” Kirina ” a une histoire que le monde entier doit découvrir. Pour lui, c’est également le moment idéal de faire connaître les talents des artisans de tout le mandé, particulièrement ceux de ” Kirina “.
En ce qui le concerne, le maire de la commune du Mandé, Mamourou Balla Kéita, d’affirmer que Kirina est un village pacifique qui va séduire tous les festivaliers par son histoire et la richesse de ses valeurs traditionnelles et culturelles.
Moulaye HAIDARA (suite…)

1ère édition du festival de Kirina : «Kirina, village de savoir et de paix» dixit son maire Mamourou Keita

Prévu du 9 au 12 avril 2015, le Festival de Kirina s’inscrit dans la perspective de promouvoir et de valoriser l’histoire et la culture mandingue.
Kirina, situé dans la commune rurale de Mandé, qui comprend 25 villages, est à 30 km de Bamako. Kirina est le socle de la culture malienne à travers la victoire de Soundjata Keita sur Soumaoro Kanté en 1235, par une armée dirigée par Tiramankan Traoré lors de la fameuse bataille de Kirina.
Le Festival de Kirina qui porte le nom de ce village, promet de faire revivre au monde entier l’empire du Mandé qui se constituait de nombreux pays comme le Ghana, la Sierra Léone, la Mauritanie, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Burkina, le Mali, le Benin, le Niger, la Gambie et la Guinée Conakry. Une façon de rappeler au monde entier que le Mali a une histoire, et pas n’importe laquelle !
Selon ses organisateurs, le Festival permettra au Mali de laver l’affront qu’il a subi lors de la crise du nord, mais aussi de reprendre sa place de leaders dans la sous-région comme dans le passé ; d’ouvrir la voix aux échanges culturels qui engendreront le développement touristique communautaire et national, en renouant avec le panafricanisme comme vecteur de l’intégration africaine.
S’inspirant des principes énumérés dans la charte du mandé, le promoteur Moulaye Haïdara et ses partenaires internes et externes sont convaincus «que la diversité culturelle et l’unité constituent un facteur d’équilibre, une force pour le développement économique du Mali, la résolution des conflits, la réduction des inégalités et de l’injustice au service de l’intégration nationale».
Les organisateurs entendent aussi faire du Festival de Kirina le lieu de découverte et de connaissance des potentialités artistiques et culturelles de la zone. Il s’agit aussi pour eux de renforcer les connaissances sur l’histoire et la culture du Mandé ; de créer un cadre d’expressions artistique, culturelle et artisanale ; de renforcer la paix et la cohésion sociale à travers une meilleure connaissance des valeurs culturelles édictées dans la charte du Mandé ; de contribuer au développement durable de la localité ; de faire du Mandé une zone d’attraction touristique, de plaidoyer pour que certains sites historiques figurent dans la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Au final, ils comptent construire un musée.
Les organisateurs prévoient par la même occasion la réalisation des statues de Soundjata Keita et Soumaoro Kanté, des stands d’expositions, la reconstitution d’un musée d’objets traditionnels du Manding, la réalisation de récits sur l’histoire du Mandé en général et de la bataille de Kirina en particulier, faits par des universitaires, des griots dépositaires de la tradition orale, à travers des conférences-débats, veillées, projections, contes et chants ; l’organisation de concerts tous les soirs avec des artistes maliens et étrangers ; la reconstitution partielle de la bataille de Kirina ; la mise en exergue des ressemblances culturelles et ethniques pour l’apaisement social et le soutien aux actions de paix et de cohésion sociale par le voisinage et le cousinage.
Selon Mamourou Keita, maire de Mandé, chef lieu de la commune de Kirina, «le festival est un lieu d’échange et de partage». Il a par ailleurs demandé à la population de Kirina d’être à la hauteur des attentes tout en restant dans la limite du possible ; de dire ce qui peut être dit et de s’abstenir de dire ce qu’il ne faut pas. Comme il est de coutume chez nous, il a conseillé «de ne pas tout dire, sous peine de tout gâter».
En appelant la population de Kirina à rester sereine, M. Kéïta s’est appuyé sur la tournure que peut prendre un festival quand les populations se laissent entraîner par les participants de mauvaise volonté. Quant à Abdoulaye Kamissoko, Médecin de son état, a salué les organisateurs au nom de la jeunesse de Kirina. Il promet en outre de veiller à la bonne tenue de ce festival.
Comme artistes invités, il y aura, entre autres, l’Ensemble Instrumental du Mali, Ami Koïta, Kassé Mady, Sékouba Bambino, Master Soumi, Salif Keita. Ce dernier n’a pas encore confirmé sa participation. En plus, il y aura plus d’une quarantaine de sites touristiques à visiter. À commencer par le site de la bataille de Kirina entre Soundiata et Soumaoro.
Gabriel TIENOU/Stagiaire